L'appel de la forêt (Édition adaptée en grands caractères ; Malvoyance, fatigue visuelle, troubles de l'apprentissage, troubles DYS, dyslexie, dysgraphie, TDA/H, alphabétisation, FLE, facile à lire)

Traduit par JEAN-PIERRE MARTINET

À propos

L'histoire du chien Buck, arraché à la douceur d'une maison californienne pour devenir un chien de traîneau confronté aux dures réalités du Grand Nord et à la violence des hommes, a bouleversé des générations de lecteurs. Né de sa vie de chercheur d'or au Klondike, L'Appel de la forêt est le livre le plus célèbre de Jack London, celui qui lui valut une immense renommée dès sa première publication en 1903. Au-delà du roman d'aventures, London affirme ici sa vision du monde, où l'hérédité sauvage triomphe de la civilisation corruptrice.


Rayons : Littérature > Romans & Nouvelles


  • Auteur(s)

    Jack London

  • Traducteur

    JEAN-PIERRE MARTINET

  • Éditeur

    Voir De Pres

  • Distributeur

    Voir De Pres

  • Date de parution

    04/05/2018

  • Collection

    Police 20

  • EAN

    9782378281175

  • Disponibilité

    Épuisé

  • Nombre de pages

    360 Pages

  • Longueur

    24 cm

  • Largeur

    15.6 cm

  • Poids

    478 g

  • Lectorat

    à partir de 15 ans

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Grands caractères   Broché  

Jack London

Né le 12 janvier 1876 à San Francisco, Jack London connaît une enfance misérable et entame à quinze ans une vie d'errance. Il exerce de nombreux métiers pour survivre : marin (jusqu'au Japon et à la Sibérie), blanchisseur, ouvrier dans une conserverie de saumon, pilleur d'huîtres, chasseur de phoques, employé dans une fabrique de jute... Après avoir participé à une marche de chômeurs vers Washington, il adhère au socialisme. Devenu vagabond, il est arrêté fin 1894 et passe un mois dans un pénitencier. En 1897, il participe à la ruée vers l'or du Klondike. Atteint du scorbut, il est rapatrié. C'est le début de sa prolifique carrière d'écrivain. À sa mort en 1916, des suites d'un empoisonnement du sang, il laisse quelque cinquante livres, parmi lesquels L'Appel de la forêt (1903), Croc-Blanc (1906) et Martin Eden (1909).

empty